Roman

Jours sans faim – Delphine de Vigan

jourssansfaim

Cela s’était fait progressivement. Pour en arriver là. Sans qu’elle s’en rende vraiment compte. Sans qu’elle puisse aller contre. Elle se souvient du regard des gens, de la peur dans leurs yeux. Elle se souvient de ce sentiment de puissance qui repoussait toujours plus loin les limites du jeûne et de la souffrance. Les genoux qui se cognent, des journées entières sans s’asseoir. En manque, le corps vole au-dessus des trottoirs. Plus tard, les chutes dans la rue, dans le métro, et l’insomnie qui accompagne la faim qu’on ne sait plus reconnaître. Et puis le froid est entré en elle, inimaginable. Ce froid qui lui disait qu’elle était arrivée au bout et qu’il fallait choisir entre vivre et mourir.

lecture

« Elle est entre deux, elle le sait pour longtemps encore entre une maladie à laquelle elle ne peut tout à fait renoncer et des lendemains qu’elle peut encore entrevoir. »

Laure se bat contre Lanor, cet être qui un jour a décidé de la ronger de l’intérieur.
Ce monstre qui a décidé de lui tenir chaud dans ce corps qui se bat avec sa tête.

Delphine de Vigan nous livre avec émotion son combat, son combat sans faim.
Brut, dur, éprouvant, sa réalité, ce quotidien infernal qu’elle a su vaincre, elle nous décrit avec ses maux sa presque mort et sa renaissance, parce que oui, on peut guérir de l’anorexie.

L’anorexie un mal qui me touche moi qui suis boulimique. Comme, elle j’ai peur, j’ai peur de guérir, peur de me dire que malgré mes souffrances passées, je peux être heureuse et j’en ai le droit même si on m’a toujours fait croire le contraire.

Je me suis tant retrouvée dans cette nouvelle, elle fait mal, elle prend aux tripes mais elle sonne aussi l’espoir et la volonté que l’on peut sortir de cette route semée d’embuches.

Image de prévisualisation YouTube

 

A DECOUVRIR

7 Commentaires

  • Répondre
    ClemBouclettes*
    août 2015

    Bonjour Delphine, je viens de lire ton avis sur ce livre, Mais j’ai une question -peut etre trop personnelle, libre à toi de répondre- penses-tu que cette lecture peut t’ aider à aller mieux, à te poser certaines questions, trouver des réponses , fait écho à ta propre situation (j’ai lu que tu étais boulimique). .. J’aimerais me laisser « tenter » par cette lecture car le sujet me « parle » mais cette histoire n’est elle pas trop « violente »? Bon, Désolée de raconter ma vie, et Mercii pour le partage, je retiens. et Bonne Soirée!

    • Répondre
      Delphine
      août 2015

      Bonsoir Clem, alors moi je suis en fin de boulimie, la fin celle qu’on voit avec les yeux, qu’on essaie d’attraper du bouts des doigts, la plus difficile en somme.
      Virer ces angoisses devant l’assiette et par moment les crises qui montent dans les rayons sucrés du supermarché parce qu’on a eu une petite contrariété ou parce qu’on sait que le changement est proche et que ça fait flipper.

      J’avais écrit un article ici : http://www.legoutdesotres.fr/maigrir-sans-regime-de-zermati/

      Maintenant, j’ai pris ce livre en sachant très bien juste par son titre de quoi il parlait. Je le l’ai pris parce que même si la lecture est difficile par moment même si ce n’est pas la même maladie, certaines phrases ont vraiment fait écho, je me suis vraiment retrouvée et aujourd’hui, j’ai besoin de booster pour mettre un terme à cette maladie. Livre, reportage, ma nutri peu importe, j’ai besoin de m’en prendre plein la tête et de me dire que « oui, on peut y arriver ! ».
      Elle n’est pas violente, elle est vraie et avec une touche de positivité, c’est ça l’essentiel ;)

      Voilà, bonne lecture.

      • Répondre
        ClemBouclettes*
        août 2015

        Mercii Delphine pour ta réponse. En effet, je pense que même si on est concerné par un autre « cas », de TCA que celui de ce livre, il peut y avoir des similitudes entre boulimie/anorexie/ hyperphgagie… certaines phrases ou situations peuvent faire écho., et ainsi aider dans comprendre/avancer dans cette lutte.
        J’en ai profité pour lire ton article sur Zermati. Mais j’ai lu le livre du Dr Afeldorfer: « Mangez en paix » pour comprendre et avoir un meilleur rapport plus sain face à la nourriture. en tout cas, Bravo pour ton combat, si tu arrives à voir le bout du tunnel. :-)
        Bonne continuation!

  • Répondre
    Fay de Mon petit fourbi
    août 2015

    J’ai beaucoup aimé ce livre. Ce n’est pas mon préféré de De Vigan (mais c’est aussi parce que les autres sont excellents) mais il m’a quand même beaucoup touché. Je l’ai trouvé simple. Il met des mots sur sentiments qui sont parfois très mal compris par ceux qui ne les ont jamais ressenti.

  • Répondre
    Sophie
    mai 2016

    Bonjour,
    Merci pour la critique du livre, il semble très personnel. Ma fille de 15 ans lit « d’après une histoire vraie » du même auteur, elle lit avec passion comme cela ne lui été arrivé depuis longtemps. Est-ce judicieux de lui offrir « un jour sans faim » sachant qu’elle est actuellement hospitalisée pour TCA ? Merci.

    • Répondre
      Delphine
      mai 2016

      Bonjour Sophie

      Alors, je dirais oui et non.
      Oui, pour qu’elle lise que l’on peut s’en sortir, non parce que si elle est encore fragilisée certains passages peuvent la faire « redescendre ».

      L’avez-vous lu ? Sinon parlez en avec son médecin ou une personne de confiance au sein de l’hopital et lui demander son avis.
      J’ai mis du temps à dire à ma mère que j’étais boulimique. C’est seulement à 33 ans que j’en ai parlé aujourd’hui j’ai 39 ans et ça reste par moment bien compliqué !

      Depuis cet article, aout 2015, je remange à table sans angoisses et équilibré, ça va beaucoup mieux mais dés que je me rends compte que je suis sur la bonne voie, je régresse, je vais me détruire en mangeant, je vois toujours ma nutri qui a une approche sur le comportement, c’est très long et il serait dommage pour votre fille qu’un livre entache tout le processus :)

      • Répondre
        sophie
        mai 2016

        Bonjour,
        Merci beaucoup pour votre réponse, je vais donc l’acheter pour le lire avant tout.
        Je commence à avoir un aperçu de la complexité des TCA, et je crois que je ne peux qu’imaginer le courage et la persévérance dont vous avez du faire preuve pour remanger à table. Votre blog est bien fait et très élégant, merci. Bon courage pour la suite.
        Sophie

    Laisser un commentaire

    Spam protection by WP Captcha-Free