Non classé

J’ai épousé un con, l’histoire de (presque) toutes les femmes – Agnès Bouquet

img_8504-3194815

Elle était belle cette histoire quand même. Cette histoire qui montre que quand on aime on s’oublie, on s’oublie trés vite, trop vite.

Et puis, quand on se rend compte que s’oublier c’est la plus grosse des conneries, on observe et on attend le bon moment pour faire son choix de vie avec ou sans lui.

Il commence sur les chapeaux de roue ce roman. Des mots qui vont et qui viennent. Des mots qui ne s’arrêtent pas, qui nous emportent mais sans vraiment savoir quand est ce que ça commence. Ce début était sympa, il me ressemblait quand je balance mes écrits en vrac mais j’en ai eu vite marre et je me suis dis « bon, c’est quand l’histoire ? ».

Ouais, c’était quoi la suite … J’étais à deux doigts de le refermer ce bouquin parce qu’il commencait à tourner en rond mais, je me suis accrochée.

J’ai eu raison de persévérer parce que enfin elle était là, l’histoire. L’histoire qui te ressemble et te fait dire que punaise, toi aussi, t’as épousé un con.

Mais, putain, tu l’aimes tellement que tu le vois pas au début que c’est pas possible ce genre de relation, qu’il y’a trop de différence et que deux solutions : tu géres ou tu le quittes.

Elle a fait son choix, j’ai aimé et je vous le dis !
Bonne lecture …

Résumé

Pépita est charmante, drôle et un peu farfelue. Parisienne branchée se partageant entre Saint-Germain-des-Près et Saint-Tropez, elle est dingue de l’amour et dingue de Roméo, un golden boy haut en couleur. Enfin ça c’était avant, avant que le beau Roméo n’apparaisse plus beauf que jet set, plus mâle que prince charmant.

Mais comment faire quand on veut tout : Un homme, un vrai, sans son intégrale des Bidochons et ses week-ends pêche à la mouche entre potes ? Vous le saurez en suivant avec hilarité une Pépita et un Roméo décidés à faire le spectacle au quotidien.
J’ai épousé un con, est l’histoire de toutes les femmes parce que toutes, un jour, l’ont pensé. Celle aussi de tous les hommes qui tous, un jour, leur ont répondu : « j’ai épousé une emmerdeuse ! ».

Source : Terrafemina

0-3168921

A lire aussi :  Tarte aux mûres sauvages