Non classé

La cucina – Lily Prior

Je suis, depuis quelques jours déjà, absorbée par un livre sans prétention mais qui lorsque l’on commence à lire les premières pages nous fait voir le monde autrement …
Il me tarde le soir avec impatience que tout mon petit monde soit au lit pour m’y plonger et n’en sortir que lorsque Morphée m’appellera.

Je me suis beaucoup retrouvée dans ce livre … Cette envie de s’enfermer dans sa cuisine pour combler un vide, un manque ou tout simplement pour laisser parler nos sentiments.
C’est la colère, le plus souvent, qui me donne envie de cuisiner. Une envie d’apaisement, d’oublier, de me calmer … et c’est vrai qu’après ne serait ce qu’avoir préparé le plat, ça va déjà un peu mieux.

« Il n’y avait donc rien d’extraordinaire à ce que je me réfugie dans la cucina après le drame, mais personne ne pouvait imaginer l’ampleur qu’allait prendre cette catharsis culinaire.
… Je commençais par tuer les cochons … Il me regarda avec des petits yeux malheureux … Au moment où j’enfonçai la lame du couteau, je sentis la colère m’abandonner et un grand calme m’envahir … »

Mais, il y’a une chose que l’on oublie d’associer à la cuisine : l’amour, les sentiments, le sexe … Les 2 sont liés et le seront toujours que ce soit en famille, entre ami, en amoureux. Ce qui nous rapproche c’est de se retrouver autour d’une bonne table et épiloguer pendant des heures sur nos vies, nos quotidiens.

« … l’art amoureux et l’art culinaire se complètent admirablement. En fait, tous deux célèbrent la vie de la même manière. Nous ne pouvons sacrifier l’un en faveur de l’autre. »

Je ne peux conseiller ce livre qu’aux amateurs de bonnes chaires, dans tous les sens du terme, et uniquement à eux … Et, je regrette par moment de ne pas trouver sur les sites culinaires des odes à la litterature culinaire … Mes envies culinaires ayant dépassé le stade d’une recette, j’ai besoin de plus en cet instant …

A lire aussi :  De nouveaux « Horizons » pour Détroit {Bertrand Cantat – Pascal Humbert}

0-1154122